Les martyres de la liberté
taha, Lundi 30 Août 2010 à 03:47:40

image
 


Je
fais le rêve que les hommes, un jour, se lèveront et comprendrons
enfin qu'ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères.



Je
fais encore le rêve, qu'un jour chaque soir, chaque personne de
couleur dans le monde entier sera jugé à sa valeur personnelle
plutôt que sa couleur de peau.



Je
fais encore le rêve que la fraternité sera un jour plus que
quelques mots à la fin d'une prière, quelle sera au contraire le
premier sujet à traiter dans chaque assemblée.



Je
fais encore le rêve qu'un jour la justice ruissellera, comme l'eau
et la droiture, comme fleuve puissant.



Je
fais encore le rêve qu'un jour la guerre prendra fin, que les
Nations se lèveront plus les unes contre les autres et qu'elles
n'envisageront plus jamais la guerre.



Je
fais encore le rêve que nous serons capables de repousser loin les
tentations du desépoir et de jeter une nouvelle lumière.



Oui
! Nous serons capables de hâter le jour où la paix du matin
chanteront ensemble, et les fils de Dieu pousseront des cris de joie.



*Le
mariage est un champ de bataille et non un lit de rose...


 

MARTIN 
LUTHER  KING




Sourcee::
 http://domidave.centerblog.net/rub-pensee-precieuse-2--2.html


Ensouvenir d'un homme libre (Albertcamus)


Lecinquantenaire de la disparition de Camus a donné lieu à plusieurs
manifestations et autres formes de commémoration dont certainement
la plus médiatique est l'appel à « panthéonisation » lancé par
le président de la république française. Qu'en aurait pensé celui
qui avait écrit « il faut être pessimiste en ce qui concerne la
condition humaine mais optimiste en ce qui concerne l'homme » ?

Ilaurait été pour le moins sceptique lui qui avait cultivé une forme
innée de résistance et de désir de liberté. « Entre ici Albert
Camus », cette paraphrase de la réplique célèbre de Malraux à
propos de Jean Moulin a déjà sa concrétisation dans une autre
forme de consécration que connaît l'auteur et que Jean Daniel, un
grand camusien devant l'éternel, a bien relevé : jamais les
contemporains de Camus, même les plus admiratifs de son œuvre,
n'auraient pu se douter que la postérité lui serait à ce point
favorable. Albert Camus est en effet toujours aussi populaire, aussi
lu…les raisons ?

 
Le Prix Nobel, bien sûr, cette œuvre qui n'est
pas un vrai roman ni un conte mais un récit court qui a fait fureur
L'étranger…et puis son parcours atypique. Ses prises de position,
son rapport original à la politique ; ses polémiques…Un critique
français a résumé l'actualité de Camus en relevant simplicité de
« L'Etranger », virtuosité de « La Chute », lyrisme du Premier
homme, on lit chaque fois Camus.
Mais ce « maghrébin » n'est
pas seulement une figure incontournable de la littérature française,
c'est aussi un grand journaliste et le lire aujourd'hui devrait être
une consigne pédagogique pour les jeunes journalistes et…les
autres.

Il faut mettre du Camus dans la pratique médiatique
d'aujourd'hui.

Et pour m'expliquer, je me permets cette citation :
«Loin de refléter l'état d'esprit du public, la plus grande partie
de la presse française ne reflète que l'état d'esprit de ceux qui
la font. A une ou deux exceptions près, le ricanement, la gouaille
et le scandale forment le fond de notre presse.

A la place de nosdirecteurs je ne me féliciterais pas : tout ce qui dégrade en effet
la culture raccourcit les chemins qui mènent vers la servitude ».
L'éthique camusienne de la presse est plus que jamais d'actualité.












Vous devez être connecté pour poster des commentaires.
Connectez vous, ou si vous n'êtes pas inscrit, cliquez ici pour vous inscrire.